évaluation de sociétés et de titres de sociétés

  • Nos missions d’évaluation concernent les opérations de transmission, de succession, de fusions scissions et apports total ou partiel, l’affectation de l’écart d’acquisition (normes françaises ou IFRS), le contexte fiscal ; ces missions concernent également les entités qui souhaitent identifier et protéger les leviers de création de valeur
  • Nous participons régulièrement à de nombreuses missions d’évaluation notamment dans des sociétés cotées, y compris en tant qu’expert indépendant auprès de l’AMF
  • Nous sommes membres de l’association A3E (Association des experts en évaluation d’entreprise)
  • Nous avons un savoir-faire particulier en matière de reconnaissance et évaluation des actifs immatériels (marques, brevets, relation clients, management, fonds de commerce…), permettant de mettre en exergue le rôle prépondérant de la marque parmi ces actifs immatériels. Philippe Bau a rédigé un article en Janvier 2013 dans Le Cercle les Echos sur le concept Créavalue® qui consiste à suivre le parcours de création de valeur d’entreprises innovantes à travers les actifs immatériels sous-jacents : http://lecercle.lesechos.fr/entrepreneur/tendances-innovation/221163066/processus-creation-valeur-entreprise-innovante »
  • A propos d’évaluation : Article de Philippe BAU sur l'impact du BFR dans l’évaluation d’entreprise

Les cas (non exhaustifs) dans lesquels une évaluation de titres de sociétés est nécessaire :

  • Achats de titres de société par un particulier ou une entreprise
  • Cession de titres de société par un actionnaire majoritaire ou minoritaire (cessions de bloc de contrôle…)
  • Apport de titres de sociétés à une autre société (du groupe ou non)
  • Contrepartie d’apports d’actifs ou d’apport de branche d’activité à une société
  • Scission de société
  • Partage de communauté suite à divorce, succession, cessation d’indivision…
  • Philippe BAU, en tant qu’expert de justice, intervient sur l’évaluation de titres de sociétés dans le cadre de missions confiées par les tribunaux au titre de l’article 1843-4 du code civil ; il met en œuvre ses compétences en matière d’évaluation de sociétés ou d’actifs immatériels pour fixer le préjudice de sociétés dans des missions d’expertise judiciaires ou amiables après concurrence déloyale ou contrefaçon